Japan Expo - 16e Impact

Mangacast Kaikoten – Dossier N°01 Vol.02 – Isao Takahata, les débuts au sein du studio Ghibli

Après un premier numéro qui revenait sur les origines du studio Ghibli, nous avions quitté Hayao Miyazaki sur le succès critique de Mon voisin Totoro. Dans ce deuxième volume de Mangacast Kaikoten, nous aborderons le premier film de Isao Takahata au sein du studio : Le tombeau des Lucioles. Puis on parlera de Kiki la petite sorcière qui apportera une stabilité financière à Ghibli, concrétisée par Omoide Poroporo (Souvenirs goutte à goutte), un des plus beaux succès du studio pour les années 90 au Japon. Enfin nous finirons par Hayao Miyazaki avec l’un de ses films les plus personnels : Porco Rosso.

Mangacast Kaikoten n°01, vol.02 : Isao Takahata, les débuts au sein du studio Ghibli est présenté par Thundergeek.
Invité Maître: Matthieu Pinon
Invité de session: Marietta Ren
Equipe Mangacast : Marcy, Black Jack

Attention !! Les émissions Mangacast Kaikoten “Dossier N°01 – Studio Ghibli” comportent de nombreuses révélations sur les films du Studio Ghibli (Nausicaä, Laputa, Totoro, etc….). Nous vous encourageons à les visionner avant d’écouter nos émissions pour ne pas vous gâcher le plaisir du visionnage. Merci

Fiche de l’émission

Format: Kaikoten
Numéro : 01
Volume: 02
Saison : 01
Parution : Septembre 2018
Format : MP3
Durée: 2:19
Sujet : Studio Ghibli, les origines

Téléchargement et abonnement

Télécharger en MP3

S'abonner via iTunes

S'abonner via Android

S'abonner via RSS

Ecouter avec Deezer

Écouter l’émission

0:01:57 /

Le tombeau des Lucioles

Le tombeau des Lucioles
Année: 1988

Synopsis : Durant l’été 1945, dans le Japon de la Seconde Guerre mondiale, deux enfants, Seita (un adolescent de quatorze ans) et sa jeune sœur Setsuko (qui a quatre ans), se trouvent livrés à eux-mêmes après la mort de leur mère, à la suite du bombardement à la bombe incendiaire de Kobe par les forces armées américaines. Après avoir vainement tenté de contacter leur père, un officier supérieur de la marine impériale japonaise, Seita et Setsuko partent habiter chez une tante éloignée. Un temps accueillante, la tante traite progressivement les deux enfants comme des fardeaux. Aussi, Seita et Setsuko partent et se réfugient dans un abri désaffecté. Celui-ci est illuminé la nuit par des milliers de lucioles. Les problèmes s’enchaînent : la nourriture vient à manquer et Setsuko est victime d’anémie. Seita se met alors à voler de la nourriture, mais est supris par un fermier. En désespoir de cause, il part en ville vider le compte en banque de ses parents et apprend à l’occasion la capitulation du Japon et la destruction de la marine japonaise.

0:38:44 /

Kiki la petite sorcière

Kiki la petite sorcière
Année: 1989
SynopsisKiki, jeune sorcière, vient d’avoir 13 ans. Il est de tradition ancestrale, à cet âge, de prendre son indépendance et de parcourir le monde. La jeune fille enfourche son balai et parcourt l’Europe de long en large jusqu’à ce qu’elle s’installe dans une petite ville. L’enfant est désorientée par un monde qu’elle ne connaît pas mais parvient à trouver ses marques quand une boulangère l’accueille sous son toit. Celle-ci lui propose d’utiliser ses dons pour un service de livraison de pâtisseries à domicile. Sa nouvelle activité lui permet enfin de rencontrer des gens et la petite fille, en compagnie de son chat noir Jiji, vit d’incroyables aventures…

1:07:00 /

Omoide Poroporo

Omoide Poroporo
Année: 1991
Synopsis 1982. Taeko Okajima, jeune employée de bureau à Tokyo, s’ennuie dans son travail et décide de passer quelque temps à la campagne, dans la région rurale de Yamagata, pour travailler dans la ferme de son beau-frère à la récolte du carthame. Tokyoïte élevée à la ville, elle rêve depuis l’enfance de la campagne, mais n’y a presque jamais séjourné. Pendant les préparatifs du voyage et le trajet en train, les souvenirs de son enfance, quand elle avait dix ans (en 1966), remontent peu à peu à la surface et confèrent sa structure particulière à l’histoire, alternant entre souvenirs (flashback) et moments de vie réelle.

1:40:00 /

Porco RossoPorco Rosso
Année: 1992
Synopsis En Italie, à la fin des années 20. Refusant de devenir un héros de la nation, Marco, un pilote hors pair, accepte volontairement de subir un mauvais sort qui le transforme en cochon. A la même période, bon nombre de pilotes désoeuvrés ont formé un gang de pirates de l’air, pour mieux pouvoir détrousser les riches vacanciers amateurs de croisières nautiques.

Nos partenaires :

Hayaku Shop

Manga Mag

Suivez nous sur les réseaux sociaux !

FacebookTwitterYouTubeInstagram

Abonnez-vous via iTunes

Abonnez-vous via Android

Remerciements :

La librairie Hayaku Shop, et VOUS ! 🙂

Les opinions exprimées durant l’émission n’engagent que leurs auteurs.

© 2018 Asurada

Hayaku Shop



3 Réponses à Mangacast Kaikoten – Dossier N°01 Vol.02 – Isao Takahata, les débuts au sein du studio Ghibli

  1. Damien de Boston dit :

    Merci à toute l’équipe pour cette emission super intéressante ! Ce nouveau format est vraiment bien pour faire une retrospective complète. J’espère que vous en ferez d’autres ! Je suppose que vous avez déjà une série de sujets à l’esprit, mais je soumettrais bien une retrospective sur certains mangas (ou auteurs) et leur contribution au genre. Je pense par exemple à « Video girl Ai » de Masakazu Katsura, Kimagure Orange Road… Ils ne disent plus grand chose aujourd’hui aux lecteurs les plus jeunes, mais leurs thématiques (détresse émotionnelle, impossibilité du triangle amoureux) ont ouvert des voies et influencé de nombreuses oeuvres jusqu’aux plus récentes. Quoi qu’il en soit, ils ont été des ruptures pour leur époque. On se prenait une sacrée gifle en les lisant pour la premiere fois. Dur de le retranscrire aux lecteurs les plus jeunes… Quoi qu’il en soit, encore merci de prendre le temps de partager votre passion ! Bonne continuation !

  2. sam54 dit :

    Bonne initiative que de s’attarder sur ce grand Maître japonais qu’était Isao Takahata. Merci.

  3. Scoubiz dit :

    Excellentes émissions, beaux apports de la part de chacuns, vous m’avez bien donné envie de revoir certains dont je n’avais, surement pas à l’époque, osé cherché un tel niveau de réflexion, en particulier Kiki. Autrement, un peu étonné qu’aucun de vous n’ait parlé/été à la projection projection d’Omoide Poro Poro à Tours en présence du Maître. Ça restera un grand moment pour moi, voir ce film « rare » ainsi que M. Takahata si humble et si ému a une distance d’à peine 1m50, se tenant pourtant dans une petite salle de cinéma indépendant. Pour l’annecdote il était très honoré d’être la toute dernière signature du livre d’or de ce cinéma, la première étant: celle de Paul Grimault!

Laissez votre commentaire