Japan Expo 2022 Interview – YUJI KAIDA

Image du cartouche de l'interview de Yuji Kaida lors de Japan Expo 2022

À l’occasion de Japan Expo 21e Impact, l’équipe de Mangacast a rencontré Yuji KAIDA, un illustrateur spécialisé dans le tokusatsu et notamment les fameux kaiju, à l’instar de Godzilla pour ne citer que lui. Découvrez son parcours ainsi que son approche sur son travail.

Pour cela, nous vous proposons, pour changer, non pas une écoute mais un peu de lecture. Rendez-vous ci-dessous pour découvrir son interview.

Interviewers :  Thundergeek & Blackjack.
Transcription : Gensen

Transcription de l’interview

Bonjour monsieur Kaida et merci de nous accorder cette interview.

Pour commencer, nous aurions voulu savoir comment vous est venue cette passion du dessin ?

Depuis mon enfance. J’aimais beaucoup peindre des graffitis au départ, comme tous les enfants. Mais quand je suis devenu lycéen, j’ai rencontré un très bon professeur, Mr Ueda, qui m’a fait connaitre la peinture à l’huile.

Rare dessin de Mothra par Yuji Kaida

©TM& ©TOHO CO., LTD.

Et à partir de cet instant j’ai commencé à peindre sur de grandes toiles. J’ai beaucoup peint à ses côtés durant mes trois années de lycée. C’est là que mon plaisir du dessin est apparu et depuis cela a continué.

D’où provient votre passion des kaiju au point de vouloir les dessiner vous-mêmes ?

Le premier film de kaiju que j’ai vu remonte à mes 9 ans, avec le film Mothra (Mosura, 1961). C’était un film avec beaucoup d’effets spectaculaire et ça m’avait vraiment plu. Mais à l’époque il y avait peu de livres sérieux sur le sujet avec plein de graphiques et de photos. Donc le meilleur moyen d’avoir une image de kaiju, c’était d’en dessiner soi-même. Il faut savoir que durant les vacances d’été, à l’école japonaise, on donne des devoirs à faire à la maison.

Moi j’ai donc décidé de dessiner une très grande peinture avec Mothra en essayant de représenter de la façon la plus fidèle ce que je me rappelais de l’une des scènes du film. C’était mon premier fanart si je puis dire car je voulais vraiment avoir ce monstre pour moi : c’est ainsi que ma passion des kaiju a débuté.

Quel est le processus pour réaliser une illustration avec des êtres si grands et si larges ?

©TM&©TOHO CO.,LTD.©KAIDA Yuji

Pour exprimer l’immensité d’un kaiju, j’essaie de me le représenter comme s’il était devant moi et de comment je le ressentirais. Je ne veux surtout pas utiliser de perspective qui soit trop scientifique ou réaliste. Par exemple, si je suis aux pieds du kaiju et que je vois sa tête en petit, je ne vais pas tenter de retranscrire cette perspective parce que ce n’est pas cette impression-là que je recherche.

En revanche si je représente une voiture renversée ou bien des flammes qui détruisent des éléments de décors issus de notre quotidien, on peut visualiser une nouvelle façon d’appréhender l’espace et atteindre une dimension différente pour représenter la grandeur d’un kaiju : on a une autre perspective et c’est celle-ci que je cherche.

On peut voir dans vos travaux un parallèle avec celui d’Alex Ross, un auteur de comics connu entre autre pour sa série Marvels dans lequel il représente les super-héros du point de vue du public, en montrant tout le merveilleux et le monstrueux. Est-ce quelque chose qui vous tient également à cœur quand vous dessinez des kaiju ou du tokusatsu ?

J’aime bien son travail aussi (Rires). Ce à quoi je fais attention, c’est de faire ressortir l’attrait principal des personnages. Cet artiste travaille différents super-héros comme Superman, Spider- man… Pourtant à chaque fois ce n’est pas les mêmes attraits qu’il met en avant. Il n’y a pas de modèle commun pour tous les héros, il y en a peut-être certains qui vont être fiers, d’autres qui vont se replier sur eux-mêmes, ou d’autres encore en pleine action. Pour chaque personnage il faut chercher une chose différente à mettre en valeur et je rejoins cette idée.

Différentes versions de Godzilla

©TM&©TOHO CO.,LTD.©KAIDA Yuji _

Un autre aspect intéressant de votre travail, c’est le respect que vous rendez au design de chaque kaiju : le Godzilla de 1954 ne ressemble pas à celui de Shin Godzilla. Est-ce dû à des consignes des studios ou est-ce quelque chose qui vous tient à cœur en tant que fan de kaiju de respecter le design de vos aînés ?

Il est rare qu’on me donne toutes les consignes en détail sur le kaiju que je dois faire, mais j’essaie de comprendre le but et le concept de mon illustration. Par exemple si c’est un produit dérivé, il faut attirer immédiatement le regard. Si c’est une affiche de film il faut présenter symboliquement le contenu de ce dernier pour donner envie à ceux qui la verront d’en découvrir davantage.

Pour chaque commande je dois d’abord découvrir sa finalité et choisir mon sujet et mon angle d’attaque. Est-ce que c’est un objet qu’on prend à la main, est-ce que c’est uniquement sur internet ? Cela sera très différent à chaque fois en réalité.

Vous avez travaillé ces dernières années sur plusieurs affiches de blockbuster américains. Tentez-vous d’apporter votre vision de la pop culture japonaise dans l’univers U.S ? Par exemple, si l’on prend votre image de Kong Skull Island et que l’on pense à King Kong comme le kaiju originel ayant donné naissance à tous les autres, essayez-vous de donner une vision japonaise de King Kong à ce moment-là ou cherchez-vous juste à respecter le personnage qu’importe ce que vous ressentez ?

Affiche réalisée par Yuji Kaida

2016 WARNER BROS.ENTERTAINMENT INC., LEGENDARY PICTURES PRODUCTIONS, LLC AND RATPAC-DUNE ENTERTAINMENT LLC. ALL RIGHTS RESERVED

Concernant ce film, l’affiche américaine a été créé avant que le film ne soit terminé et diffusé au Japon. On voit dessus King Kong avec un coucher de soleil en arrière-plan et il en ressort quelque chose de très beau. Mais quand on m’a commandé une affiche pour le marché japonais, ce dernier étant cette fois terminé j’ai regardé un extrait et je me suis rendu compte que ce n’était pas du tout ce que l’affiche américaine vendait et que ça n’allait pas.

Le concept du film c’étaient des soldats américains ayant perdus la guerre du Vietnam qui passent par une île du sud en rentrant chez eux et qui rencontrent alors King Kong. Ce pitch ainsi que la photographie du film font penser à Apocalypse Now de Francis Ford Coppola. Mais à mon avis ce n’est pas ça du tout. Le film a plus à voir avec de l’animation japonaise par exemple. On y voit pas mal de kaiju différents et on voit ces derniers combattre contre des soldats américains sur une île en forme de crâne, c’était tout sauf raffiné en fait.

J’ai donc modifié comme je le souhaitais l’affiche pour le Japon avec un kaiju qui écrase un hélicoptère et des autochtones dans le paysage. Pour l’anecdote, quand l’affiche a été publiée, Jordan Vogt-Roberts, le réalisateur de Kong : Skull Island, était en visite au Japon pour la promotion du film. Il a vu mon affiche et m’a dit que j’avais vraiment compris son intention de mise en scène sur ce film. Et il l’a tellement aimé qu’il m’a dit qu’il la garderait à vie. Par la suite, il a pas mal partagé sur Instagram des photos de mon affiche encadré chez lui, ça m’a fait énormément plaisir. Au final ce qui m’a plu le plus c’est le fait d’avoir pu comprendre son idée.

Pour terminer, auriez-vous un message pour les fans français de Tokusatsu ou pour ceux qui apprécie votre travail ?

Les créateurs de ma génération continuent de travailler et de proposer des films avec leurs interprétations de ces figures de la science-fiction japonaise. Ce que je souhaite c’est que ces films soient appréciés plus largement dans le monde entier. Beaucoup de français disent avoir vu tel ou tel film quand ils étaient petits et j’aimerais vraiment que cette transmission dans les prochaines générations perdure.

Et surtout, n’hésitez pas à me passer des commandes d’affiche pour des kaiju français !

Merci beaucoup à vous.


Continuez le débat avec l’équipe sur Discord

 


Suivez nous sur les réseaux sociaux !

Facebook Twitter YouTube Instagram 


Nos partenaires :


Remerciements :

La librairie Hayaku Shop, et VOUS ! 🙂



Mangacast n°87 – Récap Japan Expo 21e impact

Cartouche du Mangacast n°87 sur la Récap' Japan Expo 2022

Dans ce dossier Mangacast n°87, pas d’invité spécial à faire venir ou à faire parler autour du micro car ce dossier est un récapitulatif complet des membres de l’équipe au sujet de la dernière édition de Japan Expo : le 21e Impact.

Eh oui, depuis la présence du Covid, ce salon tant attendu chaque année était sans cesse repousser, et les fondateurs prendre leur mal en patience. Sur le sujet d’ailleurs, on vous invite à écouter le dossier réalisé il y a plus d’un an à présent indiquant leur impatience mais surtout leur volonté de proposer une reprise à la hauteur des attentes.

Un an après, avec ce 21 Impact, Japan Expo tient-il encore toutes ses promesses ? 6 membres de l’équipe ont pu s’y rendre, et y vagabonder tous les jours ou presque. On vous propose donc un retour et leurs avis sur cette nouvelle édition avec ses forces et ses faiblesses. Et bien sûr on se dit à l’an prochain pour le prochain impact !

Retrouvez donc au micro les voix de Kobito, Thundergeek, Midine, Athras, Blackjack et Gensen pour 4h d’émission.

Bonne écoute à tous et toutes !



Mangacast Extra 08 – Summer Ghost, le film : Loundraw, réalisateur

Cartouche du Mangacast Extra 08 sur Loundraw et Summer Ghost

En ce mois de juillet, l’équipe de Mangacast vous propose de revenir sur une sortie estivale avant l’heure grâce à un entretien réalisé avec Loundraw, au sujet de son film Summer Ghost.

Le réalisateur était en effet de passage en France pour la présentation de son moyen métrage en mai dernier, et l’équipe en a profité pour le questionner sur sa démarche, ses influences et ses réflexions autour de ce film intimiste, au bon esprit d’été et qui pourtant aborde des sujets plutôt difficile, notamment l’appréhension de la mort. 

Au travers de ses protagonistes principaux, son chara-design et ses couleurs, le réalisateur a fait mouche auprès du public en proposant un premier métrage qui semble annoncé de jolies choses pour la suite. Découvrez donc cet échange entre Loundraw et Mangacast. Bonne écoute !

Mangacast Extra 08 est présenté par Thundergeek.



Mangacast Omake n°103 – Juillet 2022

Cartouche du Mangacast Omake n°103

Dans ce Mangacast Omake n° 103, oui, vous avez bien lu 103, mais promis le 100e s’approche à grands pas : encore un peu de patience ! L’équipe a réussi une nouvelle fois à se réunir, avec un come-back de Kobito, et malgré le petit Covid qui reprend de plus belle en Ile de France, rassurez-vous tout le monde va bien, et les membres présents se sont retrouvés comme d’habitude autour de la célèbre table en formica beige pour vous parler des nouveautés du mois de juillet, et quel mois ! Afin de continuer cette 10e année à vos côtés, l’équipe garde ses bonnes habitudes en prenant à bras le corps les dernières sorties, en débattant dans la bonne humeur. Il est temps de découvrir les séries qui valent le coup d’être découvertes ainsi que deux séries qui ont su tirer leur épingle du jeu lors de cette saison printanière. 

Voici donc pour ce mois de juin les titres recommandés par les membres présents, et qui méritent à votre tour que vous y jetiez un œil si ce n’est déjà fait : Scum’s Wish, Stitch et le Samouraï, Yasei no Last Boss, Darwin’s Incident, Fuuto Pi, Komi cherche ses mots, SINoALICE, Killer Shark in Another World, The Five Star Stories et Karakuri Circus – Edition Perfect !  

Côté animation japonaise, l’équipe vous propose deux séries : Love All Play et Skeleton Knight in Another World.

3h18 d’émission pour partager, avec vous, nos conseils manga et animés ! Sans oublier nos coups de cœur et coups de gueule bien sûr ! 

Mangacast Omake n°103 : Juillet 2022 est présenté par Thundergeek, Echo, Kobito, Midine et BlackJack.



Mangacast n°86 – Pénurie de papiers et de cartons, quelles conséquences pour le marché du manga ?

Cartouche du Mangacast n°86 sur la pénurie de papier

Depuis maintenant deux ans, le marché du livre, et du mangas ici présent, est touché par un sujet de société : une pénurie générale. Mais une pénurie bien spécifique qui pose un réel souci d’organisation pour le marché du livre est celle concernant le papier ainsi que le carton.

Dans ce dossier inédit, le Mangacast n°86, il était nécessaire de refaire un focus général sur l’état actuel du marché car oui les éditeurs font tout ce qu’ils peuvent pour maintenir à flot un marché toujours plus gourmand, toujours plus riche en nouveautés et toujours bien chargé niveau volume de livres. Afin de répondre à de nombreuses interrogations sur internet et en librairies, l’équipe a souhaité faire un dossier qui met un point d’honneur à expliquer les tenants et aboutissants de la crise actuelle du papier et du carton.

En ce sens, Grégoire Hellot, de chez Kurokawa, a répondu présent afin d’échanger avec les membres de l’équipe autour de la célèbre table en formica beige ! Un entretien riche en information et en exemple afin de mieux comprendre la situation exceptionnelle que tout le monde subit en ce moment-même. 
Retrouvez donc au micro les voix de Kobito, Thundergeek et en guest Gégroire Héllot pour 3h d’émission.

Bonne  écoute à tous et toutes !



Mangacast Omake n°102 – Juin 2022

Cartouche du Mangacast Omake n°102

Dans ce Mangacast Omake n° 102, oui, vous avez bien lu 102, mais promis le 100e arrive bientôt : encore un peu de patience ! L’équipe a eu la bonne surprise de voir revenir Sedeto dans ses rangs pour cet omake, et malgré le petit Covid toujours dans le coin, rassurez-vous tout le monde va bien, et les membres présents se sont retrouvés comme d’habitude autour de la célèbre table en formica beige pour vous parler des nouveautés du mois de juin. Afin de continuer cette 10e année à vos côtés, l’équipe garde ses bonnes habitudes en prenant à bras le corps les dernières sorties, en débattant dans la bonne humeur. Il est temps de découvrir les séries qui valent le coup d’être découvertes, dont deux X-Rated ainsi que deux séries et deux films d’animation du moment qui ont su tirer leur épingle du jeu au cinéma ou en streaming. 

Voici donc pour ce mois de juin les titres recommandés par les membres présents, et qui méritent à votre tour que vous y jetiez un œil si ce n’est déjà fait : Colocataires à leur manière, Blue Heaven, White Blood, Phenix – L’oiseau de feu, Blossom, Super Cub, No longer Rangers, Frankenstein, Rokudenashi Blues – Racaille blues et Clevatess !  Sans oublier les deux X-Rated : Darling, give me a break et Peace Hame.

Côté animation japonaise, l’équipe vous a également choisi deux séries et deux films d’animation : Summer Ghost, Kaguya-sama love is war Saison 3, La chance sourit à madame Nikuko et Dance Dance Danseur.

4h01 d’émission pour partager, avec vous, nos conseils manga et animés ! Sans oublier nos coups de cœur et coups de gueule bien sûr ! 

Mangacast Omake n°102 : Juin 2022 est présenté par Thundergeek, Echo, Sedeto, Midine et BlackJack.



Mangacast Omake n°101 – Mai 2022

Cartouche de la UNE du Mangacast Omake n°101

Dans ce Mangacast Omake n° 101, oui, vous avez bien lu 101, comme les 101 Dalmatiens, pour le 100e il faudra attendre encore un petit peu, l’équipe est de nouveau en nombre réduit car le petit Covid est passé par là ainsi que d’autres soucis de santé, mais rassurez-vous tout le monde va bien, et les membres présents se sont retrouvés comme d’habitude autour de la célèbre table en formica beige pour vous parler des nouveautés du mois de mai. Afin de continuer cette 10e année à vos côtés, l’équipe garde ses bonnes habitudes en prenant à bras le corps les dernières sorties, en débattant dans la bonne humeur. Il est temps de découvrir les séries qui valent le coup d’être découvertes et les trois films d’animation du moment qui ont su tirer leur épingle du jeu au cinéma. 

Voici donc pour ce mois de mai les titres recommandés par les membres présents, et qui méritent à votre tour que vous y jetiez un œil si ce n’est déjà fait : Ningyo, Old Knight Bard Loen, The Elusive Samuraï, Fool night, Star Wars – Étoiles perdues, Le Roi Cerf, Dress of illusional Monster, Violence Action, Le Roi démon et moi et nos dix enfants et Mordue de toi 

Côté animation japonaise, l’équipe vous a également choisi trois film d’animation : Détective Conan : La fiancée de Shibuya, Le Roi Cerf et Junk Head.

3h10 d’émission pour partager, avec vous, nos conseils manga et animés ! Sans oublier nos coups de cœur et coups de gueule bien sûr ! 

Mangacast Omake n°101 : Mai 2022 est présenté par Thundergeek, Oshino et Echo.